L'exercice physique du cheval âgé

exercice physique vieux cheval

Un exercice physique adapté est, notamment pour le vieux cheval, le meilleur remède pour lutter contre l’apparition des maladies.

Evolution de l’exercice physique en fonction de l’âge du cheval

L’exercice physique doit être adapté au fur et à mesure du vieillissement du cheval. Cet exercice est, durant l’utilisation sportive du cheval, destinée à apporter du plaisir au cavalier ; à la "mise en retraite" du cheval, elle a pour fonction d’apporter du confort au cheval (physique et psychologique).

Les temps consacrés à l’échauffement et au retour au calme devront être augmentés. Les séances de travail devront être fractionnées de façon à permettre une meilleure récupération (petites phases de pas intercalées). Une attention particulière sera portée à l’état du cheval au quotidien : les courbatures disparaissent plus difficilement avec l’âge !

Travail monté et travail à pied du cheval âgé

Le travail monté peut être conservé, tant que le dos du cheval le permet (le poids du cavalier sera pris en compte). Seule la pratique du saut d’obstacles sera interrompue quand l’état des membres du cheval l’exigera. L’intensité du travail sera adaptée, mais le vieux cheval pourra continuer à effectuer, sur le plat, tout ce qu’il a appris : assouplissement latéraux et longitudinaux, variations d’allures…

L’échauffement du cheval sans cavalier (en longe ou en main) permet une bonne préparation du dos à l’effort. Le travail à pied peut être pratiqué beaucoup plus longtemps : travail en longe (allures lentes, grand diamètre), travail aux longues rênes, travail en main. Il doit permettre de continuer à demander au cheval d’effectuer tout ce qu’il a appris sans lui imposer le poids du cavalier. Il permettra de conserver la souplesse et l’énergie permettant au cheval de se coucher et de se relever.

Le travail du cheval âgé: conservation du lien social

Le cheval grandit au contact de l’homme et construit sa vie au travers des exercices que lui indique son cavalier. Il devient donc dépendant de cette relation ; le travail qui lui est demandé par son cavalier participe à son équilibre psychologique.

Par la notion de "travail" on désigne toutes les actions qui nous permettent d’interagir avec le cheval. Ainsi, le travail en liberté et les jeux qui seront proposés au cheval à cette occasion sont particulièrement intéressants pour maintenir le cheval en éveil, surtout lorsque son état physique empêche de lui trouver un compagnon de jeu parmi d’autres équidés. Plus le cheval est sollicité, plus il se met en mouvement entretenant ainsi spontanément son état physique.

En tant que cavalier(ière), il reste à être inventif pour ré-imaginer chaque jour la relation que l’on souhaite avoir avec son cheval âgé.

revenir aux conseils

Questions / Réponses

Le travail en liberté est-il adapté au vieux cheval ?

Sous certaines conditions , le travail en liberté peut permettre de donner un exercice physique au vieux cheval. Il faut détendre le cheval en main , monté ou en longe au préalable (donc sous contrôle) avant de le mettre en liberté. Il faudra éviter aussi les changements de direction brusques. L’utilisation de l’aménagement de l’espace (jouets , objets au sol , éléments mobiles…) peuvent aider à intéresser le cheval et l’amener à se mouvoir plus volontiers.

Que faire si le cheval ne semble plus "vouloir" faire d'excercice ?

Le vieux cheval peut parfois paraitre un peu « absent » et peu « connecté » au monde qui l’entoure ; il peut parfois rester prostré dans son pré. Et pourtant , il est nécessaire que le cheval garde une activité physique suffisante. On peut le motiver en utilisant la présence stimulante d’un autre cheval ou d’un autre animal (âne,chèvre , mouton , chien…) ; ou encore en associant l’exercice demandé avec de la nourriture .

Jusqu’à quel âge peut-on monter un cheval ?

Les chevaux ne sont pas égaux devant le vieillissement ; il n’est donc pas possible de fixer un âge limite pour monter le cheval ; à condition d’adapter l’exercice demandé, certains chevaux peuvent être montés jusqu’à 25 ans. Il faut bien observer le cheval ; prendre des points de repère ; surveiller sa récupération cardiovasculaire ; être attentif aux trébuchements répétés.