L’if commun, l’empoisonneur

if commun

L’if commun – ou if à baies - (Taxus baccata) est une espèce de conifères de la famille des Taxaceae très répandue en Europe et en Amérique du Nord. Toujours vert, facile à tailler, adapté à quasiment tous les sols et toutes les conditions d’ensoleillement, c’est aujourd’hui un arbre plébiscité par les paysagistes et les jardiniers. Cela n’a cependant pas toujours été le cas : la toxicité de l’if pour le bétail (conduisant à l’arrachement des arbres) ainsi que l’exploitation du bois ont conduit à la disparition des forêts d’ifs (ivaies) qui occupaient tout l’ouest de la France au Moyen-Age. Il n’existe aujourd’hui plus aucune ivaie en Europe.

La toxicité de l’if est bien connue et documentée : des écrits datant de l’empire romain rapportent un cas de suicide au « jus d’if ».

Toutes les parties (écorces, feuilles en forme d’aiguille, graines contenues dans les baies des plants femelles,) de l’if sont toxiques à l’exception de la chair écarlate (appelée arille) des baies. La toxicité de l’if est maximale en hiver.

Depuis 1856, la toxicité de l’if est imputée à un composé appelé « taxine ». Cependant, des études récentes ont montré que la toxicité de l’if était en fait due à un mélange de nombreux composés dont la taxine qui, elle-même, est un mélange de composés alcaloïdes.

L’if est toxique pour tous les animaux, néanmoins le cheval est l’animal le plus sensible aux effets des alcaloïdes : une seule bouchée peut lui être fatale.

Comment les chevaux accèdent-ils à l’if ?

Un cheval attaché à un if peut facilement consommer des rameaux frais. Néanmoins, la consommation de résidus de taille abandonnés dans - ou à proximité - des pâtures ou des lieux de balade est plus vraisemblable. La dessication n’altère en rien la toxicité de l’if : les résidus de taille sont donc aussi toxiques que les rameaux directement consommés sur l’arbre.

Quels sont les symptômes d’une intoxication à l’if ?

Les symptômes d’une intoxication à l’if apparaissent dans les quelques minutes à quelques heures suivant l’ingestion.
La mort subite, c’est-à-dire sans symptômes inauguraux, est tout à fait possible dans les quelques minutes suivant l’ingestion.
Sinon, on pourra observer :

  • des troubles nerveux : agitation, tremblements musculaires, ataxie, prostration, parfois convulsions, coma, mort ;
  • des troubles digestifs : coliques, diarrhée ;
  • des troubles cardiorespiratoires : bradypnée, bradycardie puis arrêt cardiaque.

La survenue de ces symptômes dépendra :

  • de la toxicité individuelle de l’if consommé,
  • de la sensibilité individuelle de l’animal,
  • de la quantité ingérée.

Que faire si votre cheval a consommé de l’if ?

Il s’agit d’une urgence vétérinaire absolue. Le délai de prise en charge doit être le plus court possible.

Une seule solution : la prévention et l’éviction

  • Si un if est présent dans ou à proximité de la pâture de votre cheval, pensez à restreindre strictement l’accès à l’if.
  • Soyez particulièrement vigilant lors de la période de taille des haies (printemps) : votre cheval ne doit surtout pas ingérer de résidus de taille.

revenir aux conseils